Enter your keyword

École pour Tous

École pour Tous

École pour Tous

Partout et pour tous

A comme Alloukrokadi ; B comme Banabo ; C comme Comoé-Yaokro… La leçon pourrait démarrer ainsi. Elle raconterait l’histoire « d’Ecoles pour tous », ce projet qui offre aux enfants une éducation de qualité, sans discrimination, non loin de leur lieu de vie, en zone rurale comme dans les quartiers péri-urbains de Korhogo ou d’Abidjan.

Constat d'échec

Dès son indépendance, en 1960, la Côte d’Ivoire a fait de l’éducation l’une de ses priorités absolues. La crise des années 80 a malheureusement freiné le développement des constructions scolaires, ce qui a eu pour effet de surcharger les classes avec une moyenne de 90 à 100 élèves par cours, et de détériorer la qualité de l’enseignement. Dans ces années-là, 41% des enfants scolarisés n’atteignaient même pas la dernière classe du primaire, surtout dans les zones rurales, du fait de la rareté et la précarité des infrastructures.

L'enquête Bâtrankan Môyé

En se basant sur l’enquête Bâtrankan Môyé, le MESAD a initié plusieurs projets afin de lutter contre le travail des enfants et faciliter leur accès au savoir. L’enquête, menée dans l’Est de la Côte d’Ivoire, a révélé qu’en certains endroits, à Abengourou, Bongouanou ou M’Batto par exemple, plus de 30% des ménages n’avaient aucun enfant scolarisé. La bonne perception de l’école par les parents, le niveau parfois suffisant des richesses des ménages se heurtaient à l’absence d’établissement de proximité. Le MESAD a donc accompagné la construction et le fonctionnement d’écoles, d’abord dans les régions de l’Indénié-Djuablin et du Moronou, puis a développé des champs écoles pour l’épargne verte. Il a également établi un plan de développement communautaire visant à offrir aux enfants de meilleures conditions d’éducation et de formation professionnelle.

Déjà 27 écoles

A ce jour, vingt-sept écoles sont sorties de terre, principalement à l’Est et au Nord du pays, et accueillent les enfants dans des salles réalisées en géobéton. « Ecoles pour tous » se propose de mettre à la disposition des communautés des ressources en matériel, techniques et financières pour la construction et l’équipement de salles de classe, la formation d’enseignants bénévoles et l’animation communautaire.

Les avantages du géobéton

Le géobéton est un matériau très répandu en Afrique. Il ne nécessite que très peu de ciment (+/- 5 à 10%), certains colorants, du sable grossier et de la terre locale (latérite), l’ingrédient principal, une matière première « gratuite ». Il a fait ses preuves dans le domaine de l’imperméabilité, de la durabilité, de la fiabilité, de l’esthétique et de la rentabilité puisque la brique est généralement produite avec des petites presses manuelles et ne requiert pas de cuisson chère, ni de frais de transport puisque la production se fait sur site. Une main-d’œuvre moyenne peut d’ailleurs être formée à la fabrication et à la construction des écoles avec les briques en géo-béton.

Tous bénéficiaires

Tout le monde bénéficie du programme « Ecoles pour tous ». Les enfants, évidemment. Leurs parents. Le personnel enseignant. Les communautés qui voient leurs revenus s’accroître du fait du gain de temps obtenu par cette scolarisation de proximité. Des communautés par ailleurs mobilisées pour la construction des écoles, leur équipement, avec des enfants initiés aux métiers du bâtiment et qui réalisent même de petits travaux dans leurs futures salles de classe.